Lunettes Genre

Mes Lunettes Genre

… me voilà à DVV International depuis le 02 Novembre 2015 en qualité de responsable de renforcement des capacités. Ce volet initié par DVV en son sein, est de permettre à ses partenaires d’être plus compétitive en termes de professionnalisme et de durabilité des actions, mais englobe également la dimension genre.

Oui, mon nom est Youba CISSE, bien lu, c’est mon nom. Un homme responsable des questions de genre.

DVV International, bureau régional Afrique de l’Ouest m’a engagé au poste de « Genre » pour montrer que ce poste n’est pas essentiellement féminisé. Je trouve que cet exemple de DVV peut être dupliqué dans nos familles. Permettre à l’homme de faire la lessive ou donner du biberon à l’enfant…

Après mes 100 jours d’épreuves au terrain et avec les collègues du bureau international, j’ai survie bel et bien

Ainsi, dès mes premières sorties sur le terrain, je ne me suis pas empêché d’avoir des impressions sur les manières et la perception des partenaires dans l’application de l’approche genre.

Force est de reconnaitre qu’il y a un léger mieux.. Après la formation sur l’alphabétisation avec perspective genre, certaines ONG ont réinvesties les acquis de cette formation à la base. Mais ce réinvestissement n’a concerné qu’un aspect de genre c’est-à-dire promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes. Mais j’ai l’impression que ces ONG perçoivent le genre comme le sexe tout en occultant les rôles et responsabilités des hommes et des femmes dans leur intervention sociale.

Ces ONG ont tendance à retomber dans l’approche IFD (intégration des Femmes au développement). Cette approche considère la femme étant le problème ; avec comme centre d’intérêt la femme. Toutes les ONG que DVV encadrent proposent comme solution d’intégrer les femmes au processus de développement existant avec des stratégies : accroitre la productivité des femmes, accroitre le revenu des femmes ou encore accroitre la capacité des femmes à effectuer des tâches traditionnellement liées à leur rôle. Or, il est important d’aller vers l’approche GED (genre et développement) qui est une approche du développement ayant comme centre d’intérêt les rapports homme-femme et traite les problèmes de pouvoir entre homme et femme qui empêchent un développement équitable ainsi que la pleine participation des femmes. Cette forme d’intervention vise à transformer les relations non égalitaires

Et puis, relation de travail professionnel au sein du bureau ; Ben – j’avoue, c’est toujours les filles qui sont en quelque sorte protégées et nous les hommes somme un peu laisser à nous même.

Mais bon, pour rester sérieux une dernière remarque, je pense que DVV international doit aller au-delà en matière de genre tout en lui accordant une place de choix. Cela se traduit par l’allocation d’un budget uniquement dédié au genre. Dans cette optique des actions conséquentes seront non seulement engagé au niveau macro, méso et micro.