CARNET CIV

Centre d'Innovation Vert, nouvelles du Mali
 

Une année d´activité s´achève. Une année de présence du projet Centre d´Innovation verte dans le Sud du Mali vient de finir avec un résultat observable. L´évaluation de l´année 2015 a eu lieu. Cinq ONG partenaires, seize villages de lancement et à peu près mille deux-cent bénéficiaires de trois chaînes de valeur que sont la pisciculture, la pomme de terre et le riz. Les bénéficiaires sont très dynamiques, mobilisés et engagés: la fréquence des séances d´alphabétisation, le taux de participation dans les Cercles de ''Reflect'' et surtout l´application des leçons apprises dans les séances comme mode de vie sont appréciables dans l´ensemble. Ici se livre le résumé chaîne de valeur après chaîne de valeur.
La filière pomme de terre: les bénéficiaires de quatre ONG partenaire ont choisi la pomme de terre. Ils sont six-cent six bénéficiaires qui ont cultivé 7,27 hectares de pomme de terre pour un rendement de cent deux tonnes contre cinquante-deux en 2014. Les superficies cultivées avant l'intervention du projet (3,63 ha), ont doublé avec l'intervention du projet à partir de 2015 (7,27 ha) ; certes avec des variations selon les zones. En moyenne, la production a presque triplée dans toutes les zones, mais encore un peu plus dans la zone de CERDEPE.
L´ONG AED a organisé une vente en commun de leurs récoltes de pommes de terre afin de faire face à la concurrence des prix sur le marché. DVV International, à travers ses partenaires a dépensé 11. 065 542 F CFA pour l'achat des semences de pommes de terre et 500 000 FCFA pour l'achat de deux motopompes soit un total de 11 565 542 F CFA.
Cet investissement a permis d'augmenter la production initiale de 52 tonnes à 102 tonnes soit une augmentation de 196%.
Le bénéfice réalisé est de 11 362 508 FCFA, avec des variations qui vont de 221 500 FCFA (Zone AMEDD) à 6 375 300 FCFA en zone AMDD.
Le coût de production d'un kg de pomme de terre a varié de 67 F CFA en zone AMDD à 217 FCFA en zone AMEDD.
La pisciculture : l´étang de Djangsso falako a donné 607 kilogramme de poissons vendus à 750 FCFA /kilogramme qui a donné 563 750 FCFA ce qui, est en deçà des résultats escomptés mais c´est la première année et la seconde production s´annonce meilleure vu les prévisions.

Si on se réfère aux témoignages des bénéficiaires et les réalisations vues sur le terrain, le projet CIV a apporté un changement dans le quotidien des bénéficiaires. Les bénéficiaires de Djangsofalako se sont appropriés le concept du projet au point qu´ils contribuent financièrement aux coûts des formations/recyclages qui leurs sont donnés. Les membres des Cercles ''Reflect'' sont devenus de véritables agents de développement et des relais des compétences de vie courante (prévention du VIH, santé reproductive, consolidation de la paix et prévention des conflits, la propreté et l´assainissement de l´environnement, ...) dans tous les villages visités. On note un engouement et un engagement de toute la famille derrière chaque bénéficiaire. Cela constitue une ressource et une force pour l´intéressé.
Djangssofalako par exemple, les apprenants ont construit des routes pour désenclaver le village, ils ont décidé d´investir une partie des fruits de la pêche du bassin piscicole dans le village en finançant les activités de la commune. L´investissement des revenus de la pomme de terre vendue dans des AGR comme l´embouche, l´aviculture et les commerces divers et des projets tels que l´immobilier, l´augmentation des revenus dans les ménages entraînant une amélioration du quotidien; des investissements dans l´avenir comme la scolarisation des enfants sont autant de retombées que les bénéficiaires apprécient et cela les motivent.